Accessibilité Aller à l'accueil Accès au contenu Accès au menu principal Accès au menu rapide

Agenda

lmmjvsd
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930
Accueil > Activités et loisirs > L’étang - la pêche

L’étang - la pêche

Présentation de l’étang

Situé au cœur du village, l’étang de la Pièce de Colombe est ouvert à la pêche, mais c’est également un lieu propice aux promenades en famille.

L'étang

JPEG - 237.4 ko
Etang - plan d’ensemble
JPEG - 154.5 ko
Etang - dimensions

Règlement de pêche

La charte du pêcheur de l’étang

Le pêcheur de l’étang communal de la pièce de Colombe,

  • respecte l’environnement de l’étang : la végétation des rives, les arbres, les haies naturelles et aménagées, la végétation aquatique ainsi que la signalétique et le mobilier communal qui seront installés ;
  • laisse son endroit de pêche propre et prend soin de déposer dans les poubelles ou d’emporter avec lui tous déchets (emballage de produits destinés à la pêche, sacs plastiques, déchets de pique-nique, etc…) consécutifs à son action de pêche et dans un sens général, tout ce qui pourrait contribuer à la dégradation de l’environnement de l’étang ;
  • n’introduit pas de poissons dans l’étang sans l’accord de la commune et n’importe pas de poissons nuisibles tels que boërs, poissons chats, silures…
  • a le souci de respecter l’équilibre écologique de l’étang et remet à l’eau tous les poissons qu’il aura pêché (No Kill). Le poisson peut être gardé en bourriche (seau interdit) pendant la durée de l’action de pêche ; Il sera remis à l’eau en fin de pêche. Le promeneur devra respecter les mêmes règles que le pêcheur. Les Barbecues et toute autre forme de feu sont strictement interdits autour de l’étang.

Tarif

La carte de pêche est vendue en mairie au tarif de :
12€ pour un an et de 5€ à la journée.
La gratuité est accordée aux enfants jusqu’à 16 ans sous réserve qu’ils respectent le règlement ci dessus.

La faune de l’étang

La carpe

Famille : Cyprinidés.
Nom latin : Cyprinus carpio.
Noms familiers : Carpo, escarpe, nourrain, carnaucier, mémère.

Renseignements divers :

La carpe commune est le poisson d’origine. Son dos est vert brun et son ventre jaunâtre. Sa bouche, protractile (qui s’allonge vers l’avant) est flanquée de deux barbillons. Sa nageoire dorsale possède un aiguillon cranté.
La carpe miroir et la carpe cuir sont des dégénérescences de la carpe commune.
La carpe est un des poissons les plus répandu sur le territoire Français. On la trouve aussi bien en étang, en rivière et en fleuve.
La reproduction se situe de mai à juillet dès que la température de l’eau atteint 19°C. Les alevins naissent de 4 à 8 jours après la ponte.
L’alimentation de la carpe est variés. Etant omnivore, elle se nourrit de débris de végétaux, de racines, de jeunes pousses, de vers, de larves d’insectes, de crustacés, de mollusques et pour les gros spécimens d’alevins et de petit poissons fourrages.

La tanche

Famille : Cyprinidés.
Nom latin : Tinca tinca.
Noms familiers : Tinque, tanque, tanco, beurotte.

Renseignements divers :
Son corps est massif, sa robe vert foncé ou mordorée, ses nageoires grandes et arrondies, ses écailles très petites. Deux barbillons ornent la commissure de ses lèvres particulièrement épaisses. Ses yeux son cerclés d’or. Sa taille adulte peut aller jusqu’à 60 centimètres de long pour un poids de 6 kilogrammes.
La tanche est poisson frileux qui hiberne longtemps et ne se manifeste pas tant que la température de l’eau n’a pas passé les 10°C. Elle affectionne les herbiers et les fonds vaseux.

C’est dans les lacs et les étangs riches en végétation qu’elle est le plus à son aise, mais les grandes rivières et les fleuves pourvus d’herbiers lui conviennent aussi. C’est d’ailleurs là qu’on rencontre les plus beaux spécimens.
La reproduction a lieu de mai à juillet. La femelle pond ses oeufs dans les herbiers, jusqu’à un million d’oeufs.
L’incubation dure de 5 à 8 jours. Les larves restent fixées à la végétation grâce à une papille adhésive, jusqu’à ce que la réserve de nourriture de leur sac vitellin soit épuisé.
La tanche fouille la vase pour y trouver larves d’insectes, petits crustacés, mollusques. Elle se nourrit aussi de zooplancton, de jeunes pousses et de débris végétaux.
Initiation à la pêche au coup

Le gardon

Famille : Cyprinidés
Nom latin : Rutilus rutilus.
Noms familiers : Léchatout, fagot rosse, rousse, vengeron.

Renseignements divers :
Son corps fusiforme mais assez haut est entièrement recouvert d’écailles brillantes. Son dos est vert foncé avec des nuances bleutées. Ses nageoires sont teintées de rouge. Sa taille adulte varie de 5 à 30 centimètres et il peut peser jusqu’à un kilogramme.

Il est présent dans toutes les eaux tempérées des étangs, lacs, rivières et fleuves, pourvu qu’il puisse se tenir à l’abri des courants.
Il se reproduit entre avril et juin, la femelle dépose dans les herbiers des berges de 50000 à 100000 œufs dont l’incubation dure de 3 à 4 jours, puis les larves écloses se fixent à la végétation grâce à leurs glandes adhésive. Quand la température est assez chaude, le départ des alevins en pleine eau est l’affaire à nouveau de 3 ou 4 jours.

En matière de nourriture, le gardon est opportuniste, il goûte à tout : zooplancton surtout larves, gammares, petits mollusques, insectes et végétaux.

Le goujon

Famille : Cyprinidés.
Nom latin : Gobio gobio.
Noms familiers : Goffi, goiffon, gouvion, goyon, touret.

Renseignements divers :
Son corps est d’un brun lumineux, ponctué sur les flancs d’une ligne de tâches sombres, et ses nageoires sont mordorées. Il mesure de 8 à 15 centimètres pour 30 à 50 grammes. Il vit en bancs dans les eaux relativement limpides, sur les fonds de sable et de graviers.

Présent dans toutes nos régions, il aime les eaux claires et rapides mais pas trop fraîches et ne dédaigne pas celle des étangs et des lacs.
Il se reproduit en mai/juin dans les courants, la femelle dépose de 1000 à 3000 œufs sur les cailloux du fond et la végétation.
Poisson fouisseur, doté d’une bouche protractile et de deux barbillons pour détecter ses proies sur le fond, il est friand de petits invertébrés (vers ou larves) et de débris organiques divers.

La perche

Famille : Percidés.
Nom latin : Perca fluiatilis.
Noms familiers :Boya, perchaude, percot, perdrix d’eau douce, zébrée.

Renseignements divers :
Le corps large de gris vert à brun et couvert d’écailles rugueuses, avec des zébrures verticales et des nageoires orangées, elle ne passe pas inaperçue. Les rayons épineux de sa nageoire dorsale antérieure peuvent blesser. Sa taille moyenne : de 25 à 35 centimètres pour 250 à 500 grammes. Là où elles sont trop nombreuses, les perches sont atteintes de nanismes.

Elle abonde à peu près partout en France, dans les eaux calmes et riches en végétation, attirée par la proximité des obstacles, souches, racines et des parois verticales. Elle vit en bancs de sujets de la même génération que seule la mort semble séparer.

Elle se reproduit de avril à juin, nageant en zigzags, la femelle déroule sur les herbiers, les racines et les bois immergés un long ruban d’oeufs agglutinés que les mâles fécondent.

Poisson grégaires, les perches chassent en meutes très organisées les goujons, gardons, ablettes, etc. Elles se nourrissent aussi de larves, de vers et de crustacés.

La perche soleil

Famille : Centrarchidés.
Nom latin : Lepromis gibbossus.
Noms familiers : Boër ; calicot, calico-bass, perche dorée.

Renseignements divers :
C’est un joli poisson de 10 à 15 centimètres à la robe bariolée, avec chez le mâle une tache rouge à l’arrière de l’opercule. Hélas elle détruit les alevins des autres espèces de poissons.

On le rencontre en étang, en lac et en rivière dans les eaux calmes, peu profondes et riches en végétation.

La perche-soleil n’est pas exigeante sur la qualité de l’eau.
Elle se reproduit de mai à juin. Elle pond un chapelet d’œufs qu’elle dépose dans un trou creusé dans le sable. Le mâle veille sur sa progéniture.
L’alimentation de la perche-soleil est composée d’insectes, de larves, de mollusques et bien sûr d’alevins et d’œufs de poissons.